Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

ORGANISATION DEMOCRATIQUE DE. LA JEUNESSE DU BURKINA FASO. - O.D.J. - : Mobilisons-nous contre le coup d’Etat militaire !

 

ODJ-BurkinaLa crise sociopolitique qui secoue notre pays depuis quelques temps, traduite par l’intrusion répétée des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) sur la scène politique et les vives tensions politiques autour des questions électorales, a finalement évolué en un coup d’Etat  réactionnaire perpétré par des éléments dudit RSP et leurs alliés politiques du CDP notamment.

En effet, le 16 septembre 2015 aux environs de 14H30 mn, des éléments armés du RSP faisaient irruption au conseil des ministres qui se tenait au palais Présidentiel de Kossyam arrêtant ainsi le président Michel Kafando, le premier ministre Yacouba Issac Zida et des membres du gouvernement. Dans la matinée du 17 septembre 2015, le coup d’Etat est confirmé à la télévision nationale burkinabé. Les putschistes annoncent alors la dissolution des organes de la transition (présidence, gouvernement et assemblée) et la création d’un Conseil National de la Démocratie (CND). Dans le même temps, ils annoncent la fermeture des frontières terrestres et aériennes et l’instauration d’un couvre-feu de 19h00 à 6h00. Le Général de Brigade Gilbert Diendéré, fidèle allié et homme de main de Blaise Compaoré depuis notamment 1983, est alors désigné président de ce CND.

Lire la suite...

Burkina-Faso : Le Régiment de Sécurité présidentielle rappelle aux yeux du monde son passé putschiste

 
le-general-gilbert-diendereLe coup d’Etat au Burkina Faso n’est pas tout fait une surprise. La crise était annoncée car ce Régiment de la sécurité présidentielle, ses officiers et Gilbert Diendéré qui les contrôlaient sentaient leur fin proche s’ils ne tentaient pas quelque chose avant les élections qui étaient prévues pour le 11 octobre. Les informations qui nous parviennent du Burkina restent parcellaires. Le RSP (Régiment de sécurité présidentielle) a pris en otage, mercredi soir, jour du Conseil des ministres, Le Président de la Transition, Michel Kafando, le Premier ministre Issac Zida, et les autres ministres présents. Des négociations se sont engagées avec la hiérarchie militaire sans succès. Quelques heures plus tard, les preneurs d’otage précisaient leurs intentions. Ils déclaraient prendre le pouvoir, portaient à la présidence le Général Diendéré et annonçaient la mise en place d’un Conseil national de la démocratie dont la première mesure serait d’organiser des élections « inclusives ». Plusieurs maisons de leaders de la société civile ont été attaquées, les leaders du Balai citoyen particulièrement visés. Smockey nous a informés que la sienne a été attaquée au lance-roquettes, sa famille ayant pu s’enfuir par-dessus un mur. Un incendie a pu être court-circuité grâce à l’intervention du voisinage.

Lire la suite...

Burkina - Faso :COMMUNIQUE DE L'Union Générale des Etudiants Burkinabè (UGEB)


burkina-debats-nourrisDans une déclaration lue sur les antennes de la Télévision nationale Burkinabè (RTB) par un commandant du Régiment de Sécurité présidentiel (RSP) ce jour aux environs de 07h 25min, nous apprenons la création d’un Conseil national de la Démocratie (CND). Dans cette même déclaration, le RSP qui a pris en otage depuis hier 16 septembre 2015, le Chef de l’Etat, Michel KAFANDO et des membres du gouvernement de la transition dont le Premier ministre, Isaac ZIDA, déclare avoir démis le Président de la transition de ses fonctions, dissout le gouvernement et le Conseil national de la Transition (CNT).


Ce coup d’Etat militaire vise tout simplement à liquider les acquis de l’insurrection populaire.  

Lire la suite...

Burkina Faso : La CCVC appelle à la résistance

 

burkina-revoltte n• Courageux peuple du Burkina Faso, 


• Patriotes, combattants de la liberté,


• Militantes, militants des composantes de la CCVC,

C’est avec stupeur, indignation et une vive colère, que la CCVC apprend qu’une fois de plus, le Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) s’est illustré de manière inadmissible, en perturbant la tenue du Conseil des Ministres du 16 septembre 2015 et en prenant en otage le Président du Faso, chef de l’Etat, le Premier Ministre, ainsi que des ministres.

Et voilà qu’à peine 24 heures après, le pire est consacré par un coup d’Etat militaire perpétré par le RSP.

La CCVC condamne avec la dernière énergie cette énième forfaiture de cette unité militaire tristement célèbre dont la dissolution pure et simple, recommandée et exigée depuis des décennies, est rendue plus que jamais impérative.

Lire la suite...

Les États-Unis d’Amérique, un État violent, avec permis de tuer.

FOREIGN201412150840000298163983719Aucun pays dans l’histoire de l’humanité n’a été responsable d’autant d’agressions, directes ou indirectes, contre d’autres nations. En réaction au massacre perpétré mercredi dernier dans une église de Charleston, Caroline du Sud, le président US Barack Obama a à nouveau abordé l’un des sujets non résolus par son administration: la nécessité de régler la vente d’armes dans son pays, où chaque jour plus de 80 personnes meurent par coups de feu. Le président a déclaré qu’il s’était exprimé sur ce problème «trop de fois» et a regretté que des innocents meurent parce que quelqu’un ayant l’intention de faire du mal a eu un accès facile à un pistolet ou à un fusil mitrailleur.

Lire la suite...

Pourquoi l’Occident devient de plus en plus agressif en Afrique ?

 

ARMEÉ FRANÇAISELe Soudan, la Côte-d’Ivoire, la Libye, la RCA, le Mali sont les nouveaux laboratoires de l’agressivité d’un capitalisme occidental en crise structurelle depuis 2008. Pourquoi l’Occident qui ne s’est jamais comporté en enfant de chœur devient-il encore plus agressif en Afrique ? C’est parce que ce continent, qui était considéré depuis le 19ème siècle comme une réserve de matières premières à la disposition exclusive du capitalisme européen et nord-américain, a décidé de s’émanciper en s’ouvrant à d’autres partenaires, notamment la Chine et les autres pays émergents. Un véritable crime de lèse colonisateur !

Lire la suite...

Burkina Faso : « Cette transition n’est pas celle pour laquelle la population s’est battue »

ManifCGTBLe 31 octobre dernier, Blaise Compaoré, président du Burkina Faso depuis 27 ans, est obligé sous pression d’énormes manifestations qui durent déjà depuis le 28, de démissionner. L’armée Burkinabè prend le pouvoir et le lieutenant-colonel Isaac Zida s’autoproclame président. Après des négociations avec les partis politiques, Zida accepte de devenir premier ministre et de laisser la fonction de président à un ancien pilier de la politique compaoréenne, Michel Kafondo. Le but de ce nouveau gouvernement de transition est d’organiser des élections en novembre 2015. Nous avons rencontré récemment Jean-Baptiste Kaboré*, militant de gauche qui vit à Ouagadougou et qui était sur place lors des évènements. C'était pour nous une occasion de faire l'état de la situation au Burkina Faso.

Lire la suite...

Mohamed Hassan : «Les élections en Ethiopie sont une mascarade sponsorisée par l’Occident»

carte-ethiopieDimanche, les Ethiopiens sont invités à voter pour les élections législatives. Entre répression et boycott, l'opposition sera la grande absente de ce scrutin. Les observateurs européens ont même refusé de se rendre sur place. Si la presse occidentale ne fait pas de mystères sur l'irrégularité de ces élections, elle souligne la stabilité de l'Ethiopie et sa remarquable croissance économique. Mohamed Hassan, lui, se demande si c'est bien de son pays dont on parle.

Lire la suite...

Les derniers articles

Contact