Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

Pourquoi l’Occident devient de plus en plus agressif en Afrique ?

 

ARMEÉ FRANÇAISELe Soudan, la Côte-d’Ivoire, la Libye, la RCA, le Mali sont les nouveaux laboratoires de l’agressivité d’un capitalisme occidental en crise structurelle depuis 2008. Pourquoi l’Occident qui ne s’est jamais comporté en enfant de chœur devient-il encore plus agressif en Afrique ? C’est parce que ce continent, qui était considéré depuis le 19ème siècle comme une réserve de matières premières à la disposition exclusive du capitalisme européen et nord-américain, a décidé de s’émanciper en s’ouvrant à d’autres partenaires, notamment la Chine et les autres pays émergents. Un véritable crime de lèse colonisateur !

Lire la suite...

Burkina Faso : « Cette transition n’est pas celle pour laquelle la population s’est battue »

ManifCGTBLe 31 octobre dernier, Blaise Compaoré, président du Burkina Faso depuis 27 ans, est obligé sous pression d’énormes manifestations qui durent déjà depuis le 28, de démissionner. L’armée Burkinabè prend le pouvoir et le lieutenant-colonel Isaac Zida s’autoproclame président. Après des négociations avec les partis politiques, Zida accepte de devenir premier ministre et de laisser la fonction de président à un ancien pilier de la politique compaoréenne, Michel Kafondo. Le but de ce nouveau gouvernement de transition est d’organiser des élections en novembre 2015. Nous avons rencontré récemment Jean-Baptiste Kaboré*, militant de gauche qui vit à Ouagadougou et qui était sur place lors des évènements. C'était pour nous une occasion de faire l'état de la situation au Burkina Faso.

Lire la suite...

Mohamed Hassan : «Les élections en Ethiopie sont une mascarade sponsorisée par l’Occident»

carte-ethiopieDimanche, les Ethiopiens sont invités à voter pour les élections législatives. Entre répression et boycott, l'opposition sera la grande absente de ce scrutin. Les observateurs européens ont même refusé de se rendre sur place. Si la presse occidentale ne fait pas de mystères sur l'irrégularité de ces élections, elle souligne la stabilité de l'Ethiopie et sa remarquable croissance économique. Mohamed Hassan, lui, se demande si c'est bien de son pays dont on parle.

Lire la suite...

Il y a 40 ans, la libération de Saigon et la fin de la guerre du Vietnam

oncle-Ho nIl y a quarante ans, le 30 avril 1975, les troupes libératrices de la République socialiste du Vietnam et du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire du Vietnam du Sud entraient dans Saigon, rebaptisée Ho Chi Hô-Chi-Minh-Ville. C’était la débandade dans les troupes fantoches du prétendu Vietnamdu Sud : celles-ci venaient d’être abandonnées par l’armée étasunienne forcée de décamper par la lutte héroïque de tout un peuple soutenu par les PC du monde entier, par la jeunesse des États-Unis et appuyé par l’Union soviétique. Car, n’en déplaise aux antisoviétiques de droite et de «gauche», l’URSS n’a jamais abandonné le Vietnam, elle lui a même courageusement fourni des chars d’assaut alors même qu’elle s’efforçait d’en finir avec le climat de croisade nucléaire permanente entretenu par Washington depuis 1947. Déjà ce même peuple, conduit par le Parti communiste vietnamien et par son président-fondateur, le camarade Ho Chi Minh, avait chassé les colonialistes français à l’issue d’une guerre de libération qu’avait conclue de fait la bataille de Dien Bien Phû remportée par le légendaire général Giap.

Lire la suite...

Crime contre l’humanité : L’UE veut les richesses de l’Afrique, mais pas les personnes

immigration8 nLes milliers de personnes meurent toutes les années dans leur tentative de rejoindre l’Europe. Elles ne vont pas vers le «rêve européen», elles fuient le cauchemar dans lequel sombre l’Afrique à cause du pillage des multinationales : ces personnes suivent la route qu’ont précédemment empruntée les richesses extraites dans leurs pays. Mais l’Union Européenne veut les richesses de l’Afrique, mais pas les personnes. La Dictature du Capital oblige les personnes à accomplir des exodes terribles, dans des conditions de danger extrême. À l’aube du 19 avril 2015, un bateau avec plus de 900 personnes migrantes a fait naufrage dans le détroit de la Sicile, à 110 km de la côte : il essayait d’amener des centaines de personnes depuis la Libye jusqu’en Italie. Le ministère public de Catania a signalé que 950 personnes pourraient avoir péri dans ce naufrage (1). 24 cadavres ont été retrouvés, et seulement 28 survivants. Les gardes-côtes avaient reçu un appel leur avertissant qu’un bateau se trouvait en danger, mais selon ces mêmes gardes-côtes, c’est lors de l’opération de sauvetage que le bateau a chaviré, car les voyageurs se sont mis tous d’un même côté, dans leur désespoir pour survivre (2).

Lire la suite...

Peine de mort, violence policière et racisme aux États-Unis


violence-usa n«Toute violence politique repose primitivement sur une fonction économique» - F. Engels

Aux États-Unis, 32 États sur 50 appliquent encore la peine de mort.13 personnes ont été exécutées depuis janvier 2015. Plus de 3000 condamnés attendent dans les couloirs de la mort. On va taire par pudeur la cruauté de ces exécutions. L’arme politique que constitue la peine capitale est essentiellement utilisée contre les classes défavorisées : 80% des condamnés sont sans ressources (1). Les privilégiés quant à eux, même en commettant les pires crimes, ont tous les moyens d’échapper à la mort. Aux condamnations de classes, s’ajoutent les préjugés de race. La peine de mort constitue un indicateur essentiel du racisme anti-Noir qui règne aux Etats-Unis. Ainsi, 42 % des condamnés sont noirs alors qu’ils ne représentent que 12 % de la population totale (2). 98 % des Procureurs, c’est à dire ceux qui décident réellement de la vie ou de la mort des accusés, sont blancs ! (3).

Lire la suite...

BENIN: AVEU DE SABOTAGE DE NOTRE LIGNE FERROVIAIRE PAR LE GROUPE BOLLORE

yayi-bolloré nAu lancement des travaux de réhabilitation des Chemins de Fer Cotonou-Parakou le jeudi 19 Mars dernier un des éléments-clé de la boucle ferroviaire Cotonou-Abidjan voici ce qui a été dit par le Groupe Bolloré et rapporté rapporté par le journal «’La Nation» du 20 Mars : «M. Michel ROUSSIN, ancien ministre français, Conseiller du groupe Bolloré, partenaire stratégique du projet (déclare): "Je suis ici pour rassurer nos amis du Bénin, du Niger et des autres pays que notre groupe continuera son œuvre. Le calendrier sera respecté. Un certain nombre d’impératifs techniques ont été demandés, nous les respecterons’’ assure ce dernier. Michel ROUSSIN précise que les pays partenaires ont exigé l’écartement des voies pour répondre aux standards internationaux. Ils demandent également que Bolloré prenne ses responsabilités dans l’équipement du réseau sans interrompre les travaux des rails ‘’Nous ne vous décevrons pas. Vous pouvez compter sur Bolloré, nous sommes des professionnels, nous le démontrerons’’». Quel amas d’aveux de culpabilité et de complot comporte cette déclaration !

Lire la suite...

«Haïti est la preuve de l’échec de l’aide internationale»

ong-portDiplômé de l’Institut de hautes études internationales de Genève, le Brésilien Ricardo Seitenfus a 62 ans. Depuis 2008, il représente l’Organisation des Etats américains en Haïti. Il dresse un véritable réquisitoire contre la présence internationale dans le pays.

Le Temps: Dix mille Casques bleus en Haïti. A votre sens, une présence contre-productive…

Ricardo Seitenfus: Le système de prévention des litiges dans le cadre du système onusien n’est pas adapté au contexte haïtien. Haïti n’est pas une menace internationale. Nous ne sommes pas en situation de guerre civile. Haïti n’est ni l’Irak ni l’Afghanistan. Et pourtant le Conseil de sécurité, puisqu’il manque d’alternative, a imposé des Casques bleus depuis 2004, après le départ du président Aristide. Depuis 1990, nous en sommes ici à notre huitième mission onusienne. Haïti vit depuis 1986 et le départ de Jean-Claude Duvalier ce que j’appelle un conflit de basse intensité.

Lire la suite...

Les derniers articles

Contact