Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

Que se passe-t-il en Syrie ? Le prélude à une troisième guerre mondiale ?

bachar-el-assad-poutineLa solution aux problèmes du Moyen-Orient passe par le Kremlin et Téhéran

«L’intervention extérieure agressive a entraîné, au lieu de réformes, la destruction pure et simple des institutions étatiques et du mode de vie lui-même. En lieu et place du triomphe de la démocratie et du progrès règnent la violence, la misère et les catastrophes sociales, tandis que les droits de l’homme, y compris le droit à la vie, ne sont appliqués nulle part (…) » Vladimir Poutine à la tribune des Nations Unies (28.09.2015)...Les événements se précipitent au Moyen-Orient et beaucoup de Cassandre annoncent une possible troisième guerre mondiale. On sait que l’unique objectif de Washington en Syrie est de destituer Bachar Al-Assad et de le remplacer par une marionnette étasunienne capable de mettre en oeuvre le plan de Qatar Petroleum (soutenu par l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie et les Etats-Unis), pour remplacer le russe Gazprom sur le marché européen du gaz naturel et du pétrole brut. C’est l’opposition de Bachar Al-Assad à ce plan qui a déclenché l’utilisation de forces extérieures et la guerre civile de la Syrie.

Lire la suite...

La jeunesse palestinienne dit NON à l’occupation et au racisme.

hannaVotre Éminence, que pensez-vous de l’alliance Syrie-Russie-Iran-Irak contre le terrorisme qui frappe la région et jusqu’à quel point l’intervention russe dans le ciel syrien a-t-elle semé la confusion dans le camp des ennemis de la Syrie ?

Permettez que je profite de votre invitation pour adresser à nos frères syriens nos salutations du cœur de la Palestine, de Jérusalem, au nom de notre peuple et de ce que nous avons de plus sacré, avec nos souhaits de voir la Syrie l’emporter sur ses ennemis ; ces mêmes ennemis qui complotent pour la liquidation de la question palestinienne et de la ville sainte dans un silence absolu sur la révolte de notre jeunesse face à l’occupation. Ceci, parce que nous défendons une même cause, que notre ennemi est commun, et que la victoire de la Syrie sur ses ennemis est la victoire de la Palestine, tout comme la victoire de la Palestine sur ses ennemis est la victoire de la Syrie.

Lire la suite...

Burkina-Faso: Non au coup d'Etat militaire du clan Compaoré !

burkina-code nLa classe ouvrière et le Peuple burkinabé viennent  une fois de plus de donner  une formidable leçon aux peuples du monde, en particulier au peuple togolais. En  mettant en échec le putsch perpétré par le Régiment  de sécurité présidentiel (RSP)) la garde prétorienne de COMPAORE,  ils  viennent une fois de plus de démontrer qu'un peuple conscient, organisé et mobilisé peut résister victorieusement  à ses ennemis, si puissants soient-ils.Le 16 septembre en effet, des éléments du Régiment de sécurité présidentiel (RPS) ont fait irruption au palais présidentiel en plein conseil des ministres, et ont pris en otage le Président de la Transition Michel KAFANDO, le premier ministre Isaac ZIDA, et deux autres ministres.

Lire la suite...

SOUTENONS ACTIVEMENT LA RESISTANCE DU PEUPLE BURKINABE

Burkina Blaise Le 16 septembre 2015, des éléments armés du Régiment de la Sécurité Présidentielle (RSP) ont fait  irruption en plein conseil des ministres qui se tenait au palais Présidentiel, arrêtant le Président Michel KAFANDO, le premier ministre et des membres du gouvernement. Dans la matinée du 17 septembre 2015, le coup d’Etat est confirmé à la télévision nationale burkinabé. Les putschistes annoncent alors la dissolution des organes de la transition (Présidence, Gouvernement et Assemblée) et la création d’un Conseil National de la Démocratie (CND) avec à sa tête le général Gilbert DIENDERE, l’homme des basses besognes de Blaise COMPAORE. Ce coup d’Etat militaire est un véritable recul démocratique et une remise en cause des acquis de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Au cours de cette insurrection le peuple du Burkina Faso a chassé Blaise Compaoré en payant un lourd tribut (34 morts), exprimant sans détour sa profonde aspiration à la liberté et à un changement qualitatif en sa faveur.

Lire la suite...

BURKINA-FASO : NON AU COUP D’ETAT MILITAIRE CONTRE REVOLUTIONNAIRE

PCRVNotre pays, la Haute-Volta dite Burkina Faso, vient de connaître le 17 septembre un coup d’Etat militaire fomenté par la fraction fascisante de l’armée néocoloniale, le Régiment de Sécurité Présidentiel tristement célèbre. Les putschistes ont au préalable pris en otage le 16 septembre le Président du Faso, Chef de l’Etat, le premier ministre et des ministres. S’en est suivi la dissolution du Conseil National de la Transition, du gouvernement et la proclamation de prise du pouvoir du Conseil National pour la Démocratie présidé par le patron du RSP Gilbert Djendéré, ancien chef d’État-major de la Garde Présidentielle de Blaise Compaoré. Ce coup d’Etat militaire survient après une série d’actes montrant les ambitions de reconquête du pouvoir politique « le paradis perdu » par Blaise Compaoré et ses alliés du CDP et du Front républicain suite à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

Lire la suite...

ORGANISATION DEMOCRATIQUE DE. LA JEUNESSE DU BURKINA FASO. - O.D.J. - : Mobilisons-nous contre le coup d’Etat militaire !

 

ODJ-BurkinaLa crise sociopolitique qui secoue notre pays depuis quelques temps, traduite par l’intrusion répétée des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) sur la scène politique et les vives tensions politiques autour des questions électorales, a finalement évolué en un coup d’Etat  réactionnaire perpétré par des éléments dudit RSP et leurs alliés politiques du CDP notamment.

En effet, le 16 septembre 2015 aux environs de 14H30 mn, des éléments armés du RSP faisaient irruption au conseil des ministres qui se tenait au palais Présidentiel de Kossyam arrêtant ainsi le président Michel Kafando, le premier ministre Yacouba Issac Zida et des membres du gouvernement. Dans la matinée du 17 septembre 2015, le coup d’Etat est confirmé à la télévision nationale burkinabé. Les putschistes annoncent alors la dissolution des organes de la transition (présidence, gouvernement et assemblée) et la création d’un Conseil National de la Démocratie (CND). Dans le même temps, ils annoncent la fermeture des frontières terrestres et aériennes et l’instauration d’un couvre-feu de 19h00 à 6h00. Le Général de Brigade Gilbert Diendéré, fidèle allié et homme de main de Blaise Compaoré depuis notamment 1983, est alors désigné président de ce CND.

Lire la suite...

Burkina-Faso : Le Régiment de Sécurité présidentielle rappelle aux yeux du monde son passé putschiste

 
le-general-gilbert-diendereLe coup d’Etat au Burkina Faso n’est pas tout fait une surprise. La crise était annoncée car ce Régiment de la sécurité présidentielle, ses officiers et Gilbert Diendéré qui les contrôlaient sentaient leur fin proche s’ils ne tentaient pas quelque chose avant les élections qui étaient prévues pour le 11 octobre. Les informations qui nous parviennent du Burkina restent parcellaires. Le RSP (Régiment de sécurité présidentielle) a pris en otage, mercredi soir, jour du Conseil des ministres, Le Président de la Transition, Michel Kafando, le Premier ministre Issac Zida, et les autres ministres présents. Des négociations se sont engagées avec la hiérarchie militaire sans succès. Quelques heures plus tard, les preneurs d’otage précisaient leurs intentions. Ils déclaraient prendre le pouvoir, portaient à la présidence le Général Diendéré et annonçaient la mise en place d’un Conseil national de la démocratie dont la première mesure serait d’organiser des élections « inclusives ». Plusieurs maisons de leaders de la société civile ont été attaquées, les leaders du Balai citoyen particulièrement visés. Smockey nous a informés que la sienne a été attaquée au lance-roquettes, sa famille ayant pu s’enfuir par-dessus un mur. Un incendie a pu être court-circuité grâce à l’intervention du voisinage.

Lire la suite...

Burkina - Faso :COMMUNIQUE DE L'Union Générale des Etudiants Burkinabè (UGEB)


burkina-debats-nourrisDans une déclaration lue sur les antennes de la Télévision nationale Burkinabè (RTB) par un commandant du Régiment de Sécurité présidentiel (RSP) ce jour aux environs de 07h 25min, nous apprenons la création d’un Conseil national de la Démocratie (CND). Dans cette même déclaration, le RSP qui a pris en otage depuis hier 16 septembre 2015, le Chef de l’Etat, Michel KAFANDO et des membres du gouvernement de la transition dont le Premier ministre, Isaac ZIDA, déclare avoir démis le Président de la transition de ses fonctions, dissout le gouvernement et le Conseil national de la Transition (CNT).


Ce coup d’Etat militaire vise tout simplement à liquider les acquis de l’insurrection populaire.  

Lire la suite...

Les derniers articles

Contact