Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

Avec de nouveaux accords commerciaux, le vol organisé par les multinationales est légalisé et les semences paysannes deviennent illégales

Agro-businessDepuis 2001, GRAIN assure un suivi des méthodes employées par les soi-disant accords de libre-échange (ALE), le plus souvent négociés dans le secret hors de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), sont utilisés pour aller au-delà des normes internationales existantes en matière de brevetabilité du vivant. Nous fournissons dans ce rapport des informations actualisées sur les ALE qui sont en train de légaliser le vol organisé par les entreprises et de menacer la possibilité pour les agriculteurs de conserver, produire et échanger des semences dans le monde entier. Signé en 1994, l’Accord de l’OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) a été le premier traité à imposer des normes mondiales sur la propriété intellectuelle ou la propriété juridique des végétaux, des animaux ou des micro-organismes en s’appuyant sur un mécanisme d’application. Des représentants de l’industrie américaine des semences et des biotechnologies ont soulevé la question dans le cadre des discussions commerciales. Leur objectif ? Obtenir que des entreprises comme Monsanto, Dow et Pioneer, qui dépensent de l’argent dans la sélection végétale pour mettre de nouvelles semences sur le marché, puissent rentabiliser leur investissement et faire des profits en empêchant les agriculteurs de réutiliser ces semences et en les obligeant à acheter chaque année des semences auprès de ces entreprises.

Lire la suite...

Le mythe de l’Europe en paix depuis 1945 : l’exemple français

 

indochine-propagandeAu lendemain des attentats du 13 novembre à Paris, devant le Congrès, François Hollande affirmait d’un air grave «La France est en guerre». Il le répète inlassablement après chaque nouvel attentat ; après Nice, il précisait «à l’extérieur et à l’intérieur de la France». La terre sacrée des droits de l’homme, de la paix et des Lumières se réveille en état de guerre, lâchement attaquée par la barbarie et l’obscurantisme. Voilà la version de l’histoire à laquelle nous devrions tous adhérer, nous peuples de l’Europe civilisée qui avons réussi à vivre dans la paix depuis septante ans. En réalité, nous n’avons jamais cessé d’être en guerre. Et la France est un exemple clair de ce permanent état de guerre. Un rappel historique s’impose.

Lire la suite...

Derrière la tentative désespérée de coup d’état de la CIA en Turquie

turquie2Dans la soirée du 15 juillet un groupe d’officiers de l’armée turque annonçait avoir accompli un coup d’Etat et pris le contrôle du pays. Ils prétendaient qu’Erdoğan était en fuite pour sauver sa vie et qu’ils étaient maintenant en train de rétablir l’ordre. Le seul problème de ces officiers et de leurs commanditaires, loin, à Langley [Siège de la CIA – NdT] en Virginie, et à Saylorsburg en Pennsylvanie où l’opérateur politique turc Fetullah Gülen est réfugié protégé par la CIA, est qu’ils n’ont pas réussi. Derrière la tentative de coup, ourdit une histoire beaucoup plus significative, une dramatique évolution géopolitique que l’imprévisible survivant politique qu’est le Président (encore) Recep Erdoğan était en train de fomenter lorsque des loyalistes de Gülen ont amorcés leur tentative de coup d’état désespérée, qui en toute apparence fut raté. Ce qui suit est une série de questions et de réponses sur l’arrière-scène des événements dramatiques qui se déroulent dans ce pays pivot dans l’ordre géopolitique.

Lire la suite...

L’Otan et le « putsch » turc

turquieErdogan en fuite volant vers l’Europe à la recherche d’un gouvernement qui lui concède l’asile politique, les putschistes désormais au pouvoir parce qu’ils occupent la télévision et les ponts sur le Bosphore, Washington et les capitales européennes, jusque l’Otan, prises  au dépourvu par le coup d’Etat : ce sont les premières « nouvelles » venant de Turquie. Toutes plus fausses l’une que l’autre. Ce qui émerge avant tout c’est que, y compris dans sa tragicité (des centaines de morts et milliers d’arrestations), ce qui s’est passé en Turquie se présente comme la mise en scène d’un coup d’Etat. Les putschistes n’essaient pas de capturer Erdogan, officiellement en vacances sur la Mer Egée, mais lui laissent tout le temps de se déplacer. Ils occupent symboliquement la télévision d’Etat, mais ne brouillent pas les émetteurs privés pro-gouvernementaux et Internet, permettant à Erdogan de les utiliser pour son « appel au peuple ». Ils bombardent symboliquement le parlement d’Ankara, quand il est vide. Ils occupent les ponts sur le Bosphore non pas en pleine nuit, mais de façon ostentatoire le soir quand la ville est pleine de monde, en se mettant ainsi dans un piège. Ils n’occupent pas par contre les principales artères, laissant le champ libre aux forces gouvernementales.

Lire la suite...

Comment le Sud a payé pour les crises du Nord et pour sa propre soumission

Pancho-Villa-87215Les crises de la dette de la périphérie sont liées aux crises qui éclatent dans les pays capitalistes les plus puissants et sont utilisées pour subordonner des États. Voici une mise en perspective historique des crises de la dette des pays de la « périphérie » du 19e au 21e siècles. De l’Amérique latine à la Chine en passant par la Grèce, la Tunisie, l’Égypte et l’Empire ottoman, la dette a été utilisée comme une arme de domination et un moyen d’accumulation de richesse au profit des classes dominantes. Cette étude constitue une introduction à une série de 6 articles qui porte sur « La dette comme instrument de subordination de l’Amérique latine ». Elle complète quatre articles récents déjà publiés : « La Grèce indépendante est née avec une dette odieuse », « Grèce : La poursuite de l’esclavage pour dette de la fin du 19e siècle à la Seconde Guerre mondiale », « La dette comme instrument de la conquête coloniale de l’Égypte », « La dette : l’arme qui a permis à la France de s’approprier la Tunisie ».

Lire la suite...

Les militaires français accusés de violences sexuelles en République centrafricaine

RCA-france-soldiers-caUne nouvelle série d’accusations de violences sexuelles contre des mineurs ont été portées ces derniers jours contre des soldats de forces de l’ONU en République centrafricaine (RCA) et en particulier contre des soldats de l´opération française Sangaris. Cette intervention de l’armée française avait été avalisée en décembre 2013 par le Conseil de sécurité de l’ONU à la suite d’une résolution présentée sur initiative francaise. La France a mobilisé jusqu’à 2500 soldats dans le cadre de cette opération et compte encore officiellement 900 hommes en Centrafrique. L’autre opération de l’ONU, Minusca, compte actuellement quelque 12.600 militaires et policiers. Les dernières accusations ont été déclenchées par un rapport comportant les témoignages de victimes de violences sexuelles établi par l’ONG AIDS-Free World et transmis à l’ONU qui a déclaré vouloir lancer une enquête officielle sur ces dernières allégations. Selon un responsable de l’ONU à New York les dernières accusations portées contre des soldats français concernaient des rapports sexuels imposés avec des animaux en échange d’argent. AIDS-Free World rapporte que trois jeunes filles ont affirmé à un officier des Nations unies qu’elles avaient été déshabillées et attachées dans un camp par un commandant de Sangaris puis forcées d’avoir des relations sexuelles avec un chien.

Lire la suite...

HALTE AUX ENTREPRISES DE RECOLONISATION DE LA CÔTE D'IVOIRE.

cpi laurent-gbagboCela fait cinq ans, ce 11 avril 2016, que l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, a été arrêté, après dix ans de guerre ouverte et souterraine contre son gouvernement. Une arrestation rendue possible par l’intervention des forces spéciales de l’armée française et des casques bleus de l'ONUCI qui ont neutralisé l’armement des Forces pro-Gbagbo en bombardant sans relâche le palais présidentiel. Retour sur une véritable agression; une entreprise de reconquête néocoloniale de la Côte d'Ivoire.

Lire la suite...

Après les attentats de Bruxelles, les responsables de l’UE préparent une vaste escalade de l’espionnage policier

attentat-BruxellesLes enquêtes sur les attentats de Bruxelles n’en étaient encore qu’au tout début que les responsables de l’Union européenne (UE) faisaient déjà pression pour une formidable extension des pouvoirs d’espionnage de la police et du renseignement. Les ministres de la Justice et de l’Intérieur de l’UE se sont réunis jeudi pour planifier l’intensification de la collecte de renseignements et la coordination des opérations de police sur tout le continent. Le premier jour d’enquête avait déjà soulevé les questions les plus sérieuses sur le rôle de l’État belge dans l’attaque. Déjà il est clair que, comme dans les attaques de l’EI l’an dernier à Paris, les auteurs étaient bien connus de la police et des agences de renseignement.

Lire la suite...

Les derniers articles

Contact