Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

Le peuple togolais, dans sa grande sagesse, s’apprête à boycotter massivement la prochaine mascarade électorale

GLEZ togoL’élection présidentielle qui va se dérouler le 4 mars chez nous, présente l’image d’un scénario déjà mille fois joué. A n’en point douter, ce ne sera qu’une mascarade de plus, destinée à conforter le pourvoir putschiste de Faure Gnassingbé, à lui fournir un nouvel alibi démocratique et une nouvelle légitimation. Les pièces de cette nouvelle mascarade sont déjà en place. Les distributions d’argent et de riz pour corrompre les citoyens et acheter leurs voix, sont allées bon train; les listes électorales ont été largement gonflées et trafiquées. Tout est donc prêt, pour nous «expliquer» une fois de plus, dans la plus pure tradition coloniale et néocoloniale de «diviser pour régner», que «la victoire de Faure est due au vote massif des électeurs du Nord en sa faveur, alors que les voix du Sud se sont dispersées sur les multiples candidats de l’opposition». Même la répression postélectorale n’a pas été négligée. En effet, «La lettre du Continent», un journal français, nous révèle que «Paris va sérieusement équiper la gendarmerie et la police togolaises». Ce journal précise bien que c’est «en vue de l’élection présidentielle», et que c’est pour éviter une intervention directe de l’armée. Ainsi on a prévu de nous réprimer «plus humainement» ! La manière dont ont été sauvagement matraqués le 19 décembre dernier, des manifestants pacifiques qui osaient réclamer une élection à deux tours, nous a donné un avant-goût de ce que ce pouvoir est de nouveau capable.

De toute évidence, c’est seulement par la corruption, l’intimidation et la fraude massive que Faure Gnassingbé va assurer sa reconduction, et non sur son bilan dont il apparaît à tous que c’est un vrai désastre. L’état de nos routes et de nos ponts, de nos écoles et de nos hôpitaux, la misères croissante des masses en proie au chômage, à la faim, à la maladie sont des preuves accablantes qui montrent bien que le fils Gnassingbé n’a rien à envier à son père. Qui voudrait vraiment voter pour lui, en dehors de la petite minorité qui profite du régime, ceux qu’on aperçoit parfois dans de rutilantes 4X4, ou dans luxueuses villas, alors que la majorité de la population crève de faim  et ne dispose même pas du minimum pour se soigner ?

Mais d’un autre côté, le peuple se rend bien compte de plus en plus, qu’il n’a rien à attendre de l’opposition dite démocratique; il comprend de plus en plus, au bout de nombreuses expériences malheureuses, au bout de mille désillusions, que cette opposition n’est qu’un conglomérat sans consistance ni principes, qui ne présente aucune alternative crédible, et n’a que faire des véritables aspirations populaires. Cette attitude de plus en plus sceptique est amplement justifiée. En effet, il n’est pas besoin de remonter très loin, ni de multiplier les exemples pour voir comment cette opposition n’a cessé de les traiter avec désinvolture et mépris.

Ainsi, le peuple n’a certainement pas oublié comment l’opposition dite démocratique lui avait servi l’argument du candidat unique pour justifier ses tractations avec des putschistes, pour l’appeler à participer à la mascarade d’avril 2005; il a bien vu que le seul résultat de cette participation, c’est 500 compatriotes massacrés (1000 en réalité), des dizaines de milliers en exil, et l’impunité totale des putschistes et des massacreurs; il comprend aujourd’hui, que les querelles sur «l’élection à deux tours», «la candidature unique» et «le retour à la constitution de septembre 1992» sont de fausses querelles qui ne visent qu’à masquer l’inconséquence de cette opposition dite démocratique, son absence totale de perspective, son indigence profonde en matière de stratégie et de tactique.

Le lamentable et ridicule tour de passe-passe organisé par l’UFC autour du «mal de dos» de Gilchrist Olympio, pour tenter de justifier le désistement de ce dernier, illustre bien l’impasse dans laquelle la politique de tractations au sommet a conduit ce parti et toute l’opposition dite démocratique. C’est pourquoi le peuple n’a pas l’intention de se déranger pour une mascarade de plus, dont le résultat est connu d’avance, et où il risque en plus de mettre sa vie en danger pour rien. Voilà pourquoi il va refuser massivement de se rendre aux urnes. L’indifférence dont il fait preuve au sujet de la révision des listes électorales est déjà un signe.

Le peuple a entièrement raison.

En effet, les expériences que nous avons vécues ces dernières années, l’expérience des peuples du monde nous ont apporté la confirmation, qu’aucune élection libre et transparente n’est possible sans la destruction préalable de la dictature et le démantèlement de son système d’oppression, et que la démocratie est le résultat, non de négociations et de tractations au sommet, mais de la lutte du peuple organisé et mobilisé. Il appartient aux démocrates togolais, partout où ils se trouvent, d’œuvrer à cette organisation et à cette mobilisation.

Fait à Bruxelles, le 17 février 2010.

Le Front des Organisations Démocratiques Togolaises en Exil

Site web: www.togoenlutte.org

Les derniers articles

Contact