Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

L’homme Gnassingbé est faux

faure gnassingbe1Absolument faux ! Peut-être né du père Mensonge et de la mère Fourberie ! Il a invité le peuple togolais à respecter le verdict des urnes ! Qu’a-t-il jamais respecté, lui, depuis qu’il est né ? Ni parole, ni verdict, ni peuple. C’est un hors-la loi hors pair qui ne mérite que le mépris de l’homme de bien, le mépris du peuple togolais. En tout cas, s’il s’arroge encore un troisième mandat frauduleusement et en instaurant la terreur comme il l’a toujours fait, il aura chaud. Et ce ne sont pas ces hommes et ces médias corrompus, payés pour assurer sa survie politique et la propagande au profit de son régime ou ses soutiens extérieurs qu’intéressent plus leurs propres intérêts que le sort du peuple togolais qui le sauveront, qui changeront quoi que ce soit au sort que lui réservent ce peuple et les évènements à venir. Il n’est pas seulement faux. Il est en plus ignorant, illettré, ne sachant pas lire dans le cours du temps et l’environnement, ne sachant pas que les fourberies datant de l’époque de son père sont dépassées, ne décelant pas dans la mobilisation importante du peuple togolais contre lui, la réalité des sentiments de ce peuple à son égard. Il est myope, ne voyant pas venir l’orage de la révolte du peuple togolais contre lui, croyant que si, hier il avait usé de violence, de fraudes et de menace de violence pour s’imposer, aujourd’hui les temps ont changé. Il n’est pas seulement myope, il est dangereux, respirant la menace, il fait planer la menace de tous les dangers sur le peuple togolais.

Ce n’est pas un homme à qui il faut écrire quoi que ce soit, sur quelque sujet que ce soit concernant la République, comme Fabre l’a fait à plusieurs reprises, avant de constater, peut-être aujourd’hui seulement qu’il perdait son temps, qu’il se liait lui-même par cette correspondance avec la fausseté personnifiée et que par-là, il amenait le peuple togolais pieds et poings liés dans le filet de la fausseté.

Ce n’est pas un homme avec qui il faut négocier quoi que ce soit, car par le passé, des hommes ont négocié avec lui pour n’obtenir que de la fumée.
Ce n’est pas un homme qu’une élection quelconque peut chasser du pouvoir ; il s’entêtera à y rester quel que soit le verdict des urnes.
Ce n’est pas un homme avec qui on peut partager le pouvoir. Il en a une notion spéciale, héritée de son père qui régnait sans partage.
Ce n’est pas un homme à qui il faut demander d’abandonner le pouvoir, il n’écoutera personne lui tenant un tel langage.

C’est un homme qu’il faut chasser du pouvoir par une révolution, un point, c’est tout. J’ai vu les images du dernier meeting de Fabre au stade : la seule pensée que j’ai eue est de me demander si Fabre sait ou se souvient que les stades (le stade municipal de Nyekonakpoe et le terrain d’Abloganmé, tout comme d’autres lieux publics sur tout le territoire) étaient plus remplis de monde que cela quand les Koffigoh, les Gnininvi, les Agboyibo et les Edem Kodjo y tenaient meetings dans les années 90. Et que dire de l’accueil triomphal régulièrement réservé à Gilchrist Olympio dans les mêmes années à Aflao ? Tout cela s’est vite évanoui. Fabre a eu son heure de gloire. Rien de plus ! Si toutes ces mobilisations monstres des années 90 n’ont pas eu raison du dictateur, ce n’est pas celle du CAP en 2015 qui impressionnera Gnassingbé et l’empêchera de faire ce qu’il veut. Il a déjà rejeté toute idée de réformes, coupant par cela toute voie de dialogue avec le peuple. Et dire avec cela, qu’il existe des Togolais qui rêvent en cachette (ou qui le proclament à qui veut les entendre) d’avoir eux aussi leur heure de gloire comme Fabre ! Il existe beaucoup de faux types dans notre pays, revêtus du manteau de leaders politiques. Ce n’est pas pour Fabre que nos concitoyens s’étaient mobilisés, mais contre la fausseté Gnassingbé, parce qu’ils vomissent la fausseté Gnassingbé, parce qu’ils croyaient que Fabre représentait, incarnait une nouvelle idée de la nation dont les filles et fils seraient désormais régis par les lois de la vérité.

L’homme Gnassingbé est faux. Tous ceux qui désormais voudront négocier quoi que ce soit avec lui, sur quelque terrain que ce soit, sont conscients qu’ils seront floués au bout du compte comme Fabre, si on veut le croire sincère, a été floué. Ils en sont conscients et doivent l’exprimer ou alors ils sont tous faux ! J’ai entendu, à quelques jours de la prétendue élection, des leaders, faux dans leur fond, qui appelaient à voter utile ! Qu’est-ce qui peut être utile quand on baigne en pleine fausseté ? La seule utilité pour le peuple qui risque de s’y trouver noyé, est de sortir de ce système basé sur la fausseté. L’homme Gnassingbé est faux, les insignes de la République, quand il les arbore, sont entachés de fausseté, son système est faux, les institutions censés partager le pouvoir avec lui sont fausses, les hommes qui l’entourent sont des complices de la fausseté.

Faussement «réélu», que pensez-vous qu’il va faire ? Inventer, avec l’aide de ses soutiens d’autres idées, d’autres institutions, d’autres pièges de la fausseté : cela peut s’appeler Sénat, élections locales, de nouvelles législatives…d’autres discours de fausseté, d’autres moyens de corrompre de plus en plus de citoyens. Tous ceux qui entreront dans son gouvernement sont faux ! Tous ceux qui sont dans les institutions en place sous son règne et qui ont contribué à sa fausse réélection sont faux ! Tous ceux qui émargent sur les budgets de l’assemblée dite nationale, soi-disant honorables députés ou sur ceux des autres institutions qui, pourtant instruits de cette supercherie énorme dont le peuple togolais vient d’être victime, vont continuer à y émarger, sont faux !

La seule solution, à mon humble avis, est une union sacrée de toute l’opposition, des vrais opposants, pour exiger et obtenir le départ de Gnassingbé. Mais une telle union sacrée est-elle possible avec nos petits égoïsmes que nous n’arrivons pas à dépasser ?Pour cette union sacrée, si nous voulons vraiment la démocratie pour notre pays et la dignité pour notre peuple, nous devons être tous prêts !
Je l’avais dit, je le répète : il n’y a aucune compromission, et même aucun compromis à faire avec ce système rodé depuis des décennies marqué par la fausseté. N’ayons pas peur des mots : le peuple togolais a besoin d’une révolution et non d’une quelconque élection.

Sénouvo Agbota ZINSOU

Les derniers articles

Contact