Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

Jean-Pierre FABRE et CAP-2015: Un faire valoir pour FAURE Gnassingbé. (Texte complet)


fabre-faureLa nouvelle mascarade électorale vient donc de s'achever. Comme prévu, l'apprenti dictateur Faure GNASSINGBE a été proclamé vainqueur. Tous les principaux protagonistes de cette farce ont affiché leur satisfaction: le clan le RPT/UNIR, bien sûr, mais aussi l'UFC, le parti allié, qui dans un communiqué a salué «un  processus électoral apaisé», remerciant au passage «l'ensemble de la communauté internationale notamment l'ONU, l'UA, l'OIF, l'UE». Quant à la fameuse «communauté internationale», elle  n'a pas été en reste, parlant de progrès de la démocratie, allant jusqu'à désigner notre pays comme un futur modèle en la matière. Dans ce concert d'unanimisme, Jean-Pierre FABRE et ses affidés de CAP 2015, se distinguent par quelques gesticulations; Tandis que lui-même tente de nous refaire le coup de Bob AKITTANI, ses affidés s'efforcent de justifier leur participation à ce scrutin, avec des arguments qui ne trompent personne, mais qui sont une véritable insulte à l'intelligence du peuple togolais. Ils expliquent, le plus tranquillement du monde, que c'est cette participation qui leur a permis de révéler l'ampleur de la fraude! Rien que cela ! Comme si le peuple togolais avait encore besoin d'une preuve de plus ! Comme si les Togolais étaient des imbéciles ! Rien que du déjà vu en somme. Dans cette situation, l'indignation que doivent légitimement éprouver les démocrates et les honnêtes gens, ne suffit pas. Il faut aller au-delà de la mascarade, mettre à jour sa signification politique réelle, c'est-à-dire: les intérêts qu'elle concerne, ses tenants et aboutissants, le rôle des différents protagonistes. C'est de cette manière que nous pourrons trouver les meilleures réponses aux interrogations sur le sens de notre lutte.

 

Lire la suite...

Non aux enlèvements et extraditions des réfugiés politiques ivoiriens.

PhotoRefugies1Depuis quelques semaines la situation des réfugiés politiques ivoiriens installés sur notre territoire ne cesse de d'empirer... En effet, sous l'injonction de Alassane Ouattara, le gouvernement togolais en complicité avec le HCR décident de fermer le camp d'Avepozo dans le but de rapatrier les exilés politiques ivoiriens... Afin d'avoir une vue claire sur cette dramatique situation qui se déroule sous nos yeux, la rédaction du journal en ligne www.togoenlutte.org et radio Campus -Bruxelles (Emissions "sous l'arbre à palabre") ont rencontré sieur Gligli-Amorin afin qu'il explique à l'opinion nationale et internationale les conditions qui ont poussé les Ivoiriens à trouver refuge au Togo, le rôle du gouvernement togolais et le silence de l'opposition togolaise sur ce drame humain.

Lisez-plutôt

Lire la suite...

La lutte pour la fin de la dictature demeure notre projet pour le Togo !

projet-togo2L'élection frauduleuse qui vient de conforter la dictature dans notre pays ne cesse de faire couler beaucoup d'encre... Chacun y va de son commentaire ou bien de son bilan sur cette situation catastrophique... Parmi ces commentaires, il y a ceux qui, pour justifier leur participation honteuse à cette parodie d'élection, veulent nous faire croire que c'est ce énième hold-up qui a montré, aux yeux du monde entier, la véritable nature de la dictature... Nous nous démarquons de ces balivernes et autres affabulations honteuses qu'ils nous servent afin de se dérober à leurs responsabilités politiques et morales ! Pour la simple raison que, ce sont les mêmes qui, il y a plus de vingt ans criaient dans les meetings et sur les ondes internationales que les accords du 12 juin 91 et la conférence nationale pouvaient  dégager le tyran Eyadema du pouvoir... Il n'en est rien...  Ces multiples accords, négociations et conférences ont plutôt conforté la dictature avec à la clé une succession monarchique.

Lire la suite...

Les appels du pied de Jean-Pierre Fabre à l’OIF ne concernent nullement la lutte du peuple togolais

Mobilisons-nous-pour-le-vrai-changementAprès le coup de force prévisible du clan Gnassingbé pour conserver le pouvoir, on se pose des questions sur l’attitude de certains intellectuels et autres mercenaires de la plume qui ont contribué de par une propagande agressive et nocive à faire croire que Fabre et les siens pouvaient mettre fin à une dictature par une simple élection... Après ce hold-up électoral ces journalistes en mission pour le CAP-2015 sont muets comme une carpe sur leurs propres responsabilités et surtout sur le bilan politique des leaders de cette opposition dite démocratique. En tout cas, un mois après cette énième forfaiture tout est clair pour le peuple en lutte ! Les véritables maîtres du Togo à travers leurs différentes officines (ONU, PNUD, EU, OIF, CEDEAO) en ont décidé autrement. Seulement, on remarquera que rien n’a bougé et/ou changé pour les masses populaires... Ainsi, nous sommes toujours au Togo d’Eyadema ! Dans cette situation dramatique, la plateforme Togo En Lutte ne cessera de dire la vérité à nos compatriotes de la diaspora et à travers eux au peuple togolais....l’interview que nous reproduisons ci-dessous fait partie de notre travail de clarification, de conscientisation de nos concitoyens... Elle a été accordée par notre militant Gligli-Amorin à FM-Liberté, il y a un mois, sur les manœuvres de la France et son officine l’OIF et confirment, malheureusement, la justesse de notre ligne politique... Lisez

Lire la suite...

LE COURAGE ET LA DÉTERMINATION D’UN PEUPLE EN LUTTE CONTRE LA DICTATURE!

togo09L’interview qui suit a été transcrite, il y a quelques années, par Bouyo Emile pour le compte du journal en ligne www.togoenlutte.org. A cette époque notre compatriote a suivi le Front des Organisations Démocratiques Togolaises en Exil (FODTE), dans diverses activités publiques. Il avait profité de cette occasion pour discuter et interroger les militants de cette organisation qui ont décidé de chasser à la tête du mouvement démocratique tous les faux démocrates et les opportunistes de tout poils qui, justement, empêchent le peuple Togolais de mettre fin à la dictature du clan Gnassingbe. C’est la somme de ces informations recueillies que nous voulons, par le biais de notre Site Internet, mettre à la disposition du public pour faire connaître davantage la ligne politique du Front et son rôle en tant qu’organisation politique en exil.

Lire la suite...

Agboyibo ou les élucubrations d’un faux ami du peuple. (Première partie)

agboyibo-2Nous avons eu connaissance, par la presse, de l'intervention d'AGBOYIBO, le 18 janvier dernier, devant la Convention des Jeunes Libéraux du CAR. Dans son exposé, le président d'honneur tentait d'expliquer à sa manière les raisons de l'échec des partis de l'opposition. Mais ce que nous constatons, c'est qu'en matière d'autojustification, d'autosatisfaction, d'autopromotion, dans l'art de tronquer les faits, de déformer la réalité pour se mettre en avant, de semer la confusion, le président d'honneur du CAR a battu une sorte de record ! Mais aussi en matière d'anticommunisme de bas étage. En tout cas, ce qui ressort de son discours, c'est la confirmation qu'AGBOYIBO est d'abord et avant tout préoccupé de sa personne et de ses intérêts, et que s'il lui arrive de parler du peuple, c'est juste pour la forme; c'est aussi la confirmation de sa connivence avec l'autocrate EYADEMA en tant qu'agent de son système.

Lire la suite...

L’homme Gnassingbé est faux

faure gnassingbe1Absolument faux ! Peut-être né du père Mensonge et de la mère Fourberie ! Il a invité le peuple togolais à respecter le verdict des urnes ! Qu’a-t-il jamais respecté, lui, depuis qu’il est né ? Ni parole, ni verdict, ni peuple. C’est un hors-la loi hors pair qui ne mérite que le mépris de l’homme de bien, le mépris du peuple togolais. En tout cas, s’il s’arroge encore un troisième mandat frauduleusement et en instaurant la terreur comme il l’a toujours fait, il aura chaud. Et ce ne sont pas ces hommes et ces médias corrompus, payés pour assurer sa survie politique et la propagande au profit de son régime ou ses soutiens extérieurs qu’intéressent plus leurs propres intérêts que le sort du peuple togolais qui le sauveront, qui changeront quoi que ce soit au sort que lui réservent ce peuple et les évènements à venir. Il n’est pas seulement faux. Il est en plus ignorant, illettré, ne sachant pas lire dans le cours du temps et l’environnement, ne sachant pas que les fourberies datant de l’époque de son père sont dépassées, ne décelant pas dans la mobilisation importante du peuple togolais contre lui, la réalité des sentiments de ce peuple à son égard. Il est myope, ne voyant pas venir l’orage de la révolte du peuple togolais contre lui, croyant que si, hier il avait usé de violence, de fraudes et de menace de violence pour s’imposer, aujourd’hui les temps ont changé. Il n’est pas seulement myope, il est dangereux, respirant la menace, il fait planer la menace de tous les dangers sur le peuple togolais.

Lire la suite...

LA LUTTE POPULAIRE: LA MEILLEURE MANIERE DE CELEBRER LE 27 AVRIL !

LOGO.pngOKLe 27 avril 1958, les partis anticolonialistes (CUT, JUVENTO, MPT), remportaient les élections législatives  organisées  sous l'égide des Nations-Unies et battaient à plate couture les partis colonialistes  (PTP, UCPN). Cette date marquait la défaite et la fin du colonialisme français au Togo.  C'est  donc à juste titre  que plus d'un demi-siècle après,  le 27 est toujours  resté cher  dans le cœur  du peuple togolais, et que les manœuvres  de l'autocratie pour l'effacer de notre histoire ont  échoué.  Aujourd'hui, la meilleure  façon de célébrer cette date historique, c'est  de faire un effort de réflexion pour bien comprendre  les conditions qui l'ont rendu possible, pour évaluer  correctement sa portée,  mais aussi ses limites, afin d'en tirer les meilleures leçons pour  aller de l'avant. Ce serait en effet une erreur de réduire  la victoire du 27 avril 1958 à une  simple victoire électorale. C'était en réalité l'aboutissement de luttes multiformes menées par le peuple pour   en finir avec l'oppression coloniale, des luttes qui rassemblaient  le  Peuple à travers les partis politiques anticolonialistes (CUT, JUVENTO), le mouvement syndical (UGTT) la jeunesse étudiante. (Jeune Togo). Le mouvement anticolonialiste n'avait cessé de se développer et de se renforcer   malgré la répression, les manœuvres de division.  Les massacres  de Pya, en pays KABYE (1957),  six ans après ceux  de Vogan (1951) en pays OUATCHI  sont non seulement un témoignage de la détermination du peuple face à la répression coloniale, mais aussi une illustration de l'échec cinglant  de la propagande et des manouvres  machiavéliques des  colonialistes et de leurs agents,  visant à  réduire le mouvement indépendantiste à un mouvement «sudiste».

Lire la suite...

Les derniers articles

Contact