Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

Les leçons du Faso et la lutte pour la démocratie au Togo.(Première partie)

Burkina Blaise Il est indéniable que la lutte inflexible déclenchée par les peuples du Burkina Faso a fait trembler le système néocolonial et a fini par chasser le satrape Compaoré du pouvoir. Pour autant, la tournure des événements ont amplement montré que pendant les affrontements entre l'infâme pouvoir et le peuple insurgé, les démocrates révolutionnaires n'avaient pas pu prendre toute la direction du mouvement et par- voie de conséquence prendre le pouvoir pour imposer les aspirations des peuples Burkinabè. Cette faiblesse momentanée fait que les racines du pouvoir déchu demeurent incontestablement au Burkina Faso. 

Lire la suite...

Réformer le système néocolonial ou le détruire ? Sus à la France et aux collabos Jean Dégli, Fulbert Attisso, Kuakouvi Magloire. !!!

image

Malgré les grandioses manifestations de notre vaillant peuple à Lomé, Sokodé, Atakpamé et d'Aného pour réclamer le départ immédiat du jeune despote Faure Eyadema, malgré les protestations des togolais vivant en exil au Bénin, au Ghana, en Côte d'Ivoire, en Allemagne, Belgique, au Canada, en France, les États Unis et en Suisse; les partisans résolus d'un troisième mandat pour le fils du père Eyadema Faure ne désarment point. Apres une première sortie ratée, la tête de pont de cette campagne, Jean Dégli vient, une fois encore, de lancer une nouvelle association. Il s’agit en fait d’un conglomérat dénommé groupe de médiation pour accélérer les prétendues réformes constitutionnelles. Sacré Jean Dégli, notre vaillant peuple est auxaguets !

Lire la suite...

Encore une fois sur les manœuvres de la France pour nous imposer Faure Eyadema.

Faure G FranceLe syndicat des potentats de l'Afrique de l'Ouest à travers leur organisme, la CEDEAO, s'est réuni  dernier à Abuja au Nigeria pour exhorter la commission électorale au Togo "d'actualiser le fichier électoral afin d’éviter toute perte de confiance susceptible de perturber les prochaines élections présidentielles"...Par ce communiqué laconique, lapidaire, il va de soi que cette institution de la sous-région vient d'enclencher le processus de la fraude électorale dans notre pays.  Comme à l'accoutumée, l'Union Européenne ira aussi soutenir financièrement ce processus électoral bidon et les clubs électoraux de chez nous (CAR, ADDI, UFC, CAP2015/ANC) vont fiévreusement se jeter, se bousculer, se battre comme des chiffonniers pour jouer leurs partitions. 

Lire la suite...

Encore une fois sur la situation nationale

 

gilchrist-FaureNos récentes prises de position sur la crise de l’UFC, sur le FRAC et ses principaux animateurs, ont suscité  de nombreuses réactions chez nos compatriotes. De nombreux  commentaires sont allés dans notre sens pour des raisons diverses. Mais nous avons également eu droit à des critiques, et nous nous y attendions.  Deux  séries de   critiques  ont particulièrement retenu notre attention: d’une part celles qui nous reprochent d’être une organisation à l’étranger et de ce fait,  de  méconnaître la réalité nationale: d’autre part, celles qui nous accusent de faire le  jeu de Gilchrist Olympio, et même pour  certains, d’être des agents à sa solde de ce dernier, chargés d’attaquer le FRAC. Ces diverses accusations  appellent une mise au point de notre part, et nous n’allons nous y dérober. Ce sera aussi pour nous l’occasion d’apporter une  fois de plus, des éclaircissements sur la lutte pour la démocratie. Auparavant, nous nous permettrons juste une petite réflexion à propos des remarques d’ Agbeyomé et de son «mépris» à notre égard. Nous dirons tout simplement qu’un compliment de la part d’un individu comme lui nous aurait plutôt vexés, et que le peuple saura lui réclamer tôt ou tard les milliards qu’il lui a volés, et  qu’il lui demandera des comptes sur les milices qu’il entretenait. Tout le monde n’a pas oublié l’époque où il recrutait des nervis pour venir tabasser des opposants à l’étranger. 

Lire la suite...

LE FRAC, TÊTE DE PONT DE L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS AU TOGO (Troisième partie)

 

À propos des sempiternelles marches du samedi

 

manif anc fracDepuis la prévisible parodie d’élection du 4 mars dernier, l’UFC de Fabre et quelques opportunistes (Yamgnané et Cie) organisent tous les mercredis des séances de prières, suivies d’une marche à travers Lomé les samedis pour protester contre cette énième mascarade électorale. On remarque que lors de ces hebdomadaires marches et prières, Fabre et ses acolytes ne cessent de nous faire croire que «la fin du régime est pour demain…!» «Que le pouvoir a peur des séances de prière»… Voilà les arguments dont Fabre et les siens usent abondamment tous les samedis pour tenter de convaincre le peuple. Il faut noter que ce n’est pas la première fois qu’on nous propose de telles actions contre le pouvoir dictatorial. Le moins qu’on puisse dire est que Fabre et le FRAC n’inventent rien de nouveau. La preuve en est que ces arguments dont-ils usent aujourd’hui pour mobiliser le peuple ont été déjà le mot d’ordre du COD1 et COD2 dans les années 1991 et 1993. On sait à quoi tout cela a abouti. À entendre tous ces arguments, on constate que Fabre et le FRAC se voilent la face et évitent de tirer les leçons des évènements passés. Ce qui frappe dans ces arguties développées par Fabre et les leaders du Frac, c’est leur incapacité à s’autocritiquer. En bref, ce que les promoteurs de la marche du samedi nous proposent n’est qu’une simple régression du mouvement du démocratique.

Lire la suite...

LE FRAC, TÊTE DE PONT DE L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS AU TOGO (Deuxième partie)

 

Le FRAC et son allié Agbeyomé Kodjo

AGBEYOMEDans nos efforts pour connaître et faire connaître la nature et les objectifs du FRAC, un autre personnage doit retenir notre attention. Il s’agit d’Agbeyomé Kodjo. À vrai dire, les récents zigzags politiques de l’individu sont tels qu’il est difficile de s’y retrouver: d’abord membre du FRAC, il a quitté cette organisation pour s’acoquiner avec le CAR et la CDPA au sein d’une «Coalition pour l’Alternance»; ayant fait adopter par son parti (OBUTS) le principe d’une participation au gouvernement, il est allé proclamer le contraire et désavouer ceux qui ont osé lui rappeler la position arrêtée… Bref, la pratique politique d’Agbeyomé est le propre d’un individu qui n’est poussé que par son ambition personnelle. Nous allons nous en arrêter là et voir ce qu’il en est de son parcours politique, dans la mesure où il est toujours considéré au moins comme un proche du FRAC. Jusqu’à sa prétendue conversion à la démocratie, Agbeyomé a mené sa carrière à des postes élevés, au service du pouvoir Eyadema: directeur du Port autonome de Lomé, ministre de l’Intérieur, Premier ministre. Ce qui lui a permis de s’enrichir effrontément sur le dos du peuple. On se rappelle qu’il y a quelques années, il célébrait bruyamment son premier milliard. C’est lui qui occupait le poste de ministre de l’Intérieur quand le peuple qui manifestait pacifiquement, fut sauvagement massacré au jardin Fréau. Indubitablement, Agbeyomé fait partie de ceux qui auront à rendre des comptes en cas de vrai changement démocratique dans notre pays, car c’est un acteur conscient de la politique de prédation et de terreur menée par la dictature contre le peuple.

Lire la suite...

LE FRAC, TÊTE DE PONT DE L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS AU TOGO (Première partie)

 

À propos de Kofi Yamgnane

YamgnaneCes derniers temps, nous assistons à un battage médiatique assourdissant autour du FRAC et de certains de ses leaders tels que Kofi Yamgnane et François Boko. En effet, les médias impérialistes ne cessent de nous les présenter comme les dignes représentants d’une authentique «opposition radicale», et les futurs bâtisseurs du Togo. Mais nous autres démocrates, nous avons des règles pour juger des personnalités et des organisations politiques: l’une de ces règles, toute simple, c’est qu’une personnalité se juge par son parcours politique, par la manière dont elle s’est consacré à la lutte pour la démocratie, contre l’oppression de notre peuple, son degré de patriotisme. C’est en appliquant cette règle toute simple que des démocrates ont déjà par le passé dénoncé les Edem Kodjo, Agboyibo et consort comme de faux démocrates. C’est toujours en appliquant cette même règle que d’autres démocrates ont passé au crible les déclarations et pratiques d’Agbéyomé et Péré. À chaque fois, la vie leur a donné raison. Il nous revient à notre tour de nous pencher sur le cas Yamgnane. Quel est son parcours politique? Pourquoi son réveil aussi tardif sur la situation de notre pays? Autant de questions que nous soumettons à la réflexion des compatriotes, auxquelles nous nous efforçons de répondre.

Lire la suite...

Le peuple togolais, dans sa grande sagesse, s’apprête à boycotter massivement la prochaine mascarade électorale

GLEZ togoL’élection présidentielle qui va se dérouler le 4 mars chez nous, présente l’image d’un scénario déjà mille fois joué. A n’en point douter, ce ne sera qu’une mascarade de plus, destinée à conforter le pourvoir putschiste de Faure Gnassingbé, à lui fournir un nouvel alibi démocratique et une nouvelle légitimation. Les pièces de cette nouvelle mascarade sont déjà en place. Les distributions d’argent et de riz pour corrompre les citoyens et acheter leurs voix, sont allées bon train; les listes électorales ont été largement gonflées et trafiquées. Tout est donc prêt, pour nous «expliquer» une fois de plus, dans la plus pure tradition coloniale et néocoloniale de «diviser pour régner», que «la victoire de Faure est due au vote massif des électeurs du Nord en sa faveur, alors que les voix du Sud se sont dispersées sur les multiples candidats de l’opposition». Même la répression postélectorale n’a pas été négligée. En effet, «La lettre du Continent», un journal français, nous révèle que «Paris va sérieusement équiper la gendarmerie et la police togolaises». Ce journal précise bien que c’est «en vue de l’élection présidentielle», et que c’est pour éviter une intervention directe de l’armée. Ainsi on a prévu de nous réprimer «plus humainement» ! La manière dont ont été sauvagement matraqués le 19 décembre dernier, des manifestants pacifiques qui osaient réclamer une élection à deux tours, nous a donné un avant-goût de ce que ce pouvoir est de nouveau capable.

Lire la suite...

Les derniers articles

Contact