Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

Faure Gnassingbé, l'héritier du plus grand criminel togolais de toute l’ère néocoloniale sera à Bruxelles ce 3 mars 2015 !

EU EbolaComme nous l'avions déjà dénoncé dans notre premier communiqué, il devient de plus en plus clair que l'objectif principal de la présence de Faure Gnassingbé à Bruxelles c'est de profiter de l'occasion pour activer une diplomatie parallèle, souterraine en vue de quémander un soutien ferme de l'UE à sa politique répressive contre les masses populaires lors des prochaines mascarades électorales.

Afin de dénoncer massivement, dès maintenant, la prochaine élection présidentielle frauduleuse et autres réformes constitutionnelles et institutionnelles pour maintenir le système néocolonial sur la terre de nos aïeux, la plate-forme TOGO EN LUTTE :

Lire la suite...

La conférence internationale sur l'épidémie Ebola ou la diplomatie souterraine de Faure Gnassingbé à Bruxelles !

Faure G BruxellesIl y a dix ans, le jeune despote Faure avait usurpé le pouvoir suite à un triple putsch et en noyant dans le sang la vie d'un millier de nos concitoyens.  Depuis ce crime imprescriptible et l'instauration de ce pouvoir illégitime, le peuple togolais n'a cessé de manifester sa juste colère pour réclamer depuis février-avril 2005 son départ immédiat du pouvoir. 
 
En effet, cette lutte politique n'a cessé de prendre de l'ampleur et elle se joint, aujourd'hui, à une grogne sociale, à sa tête un mouvement syndical, qui réclame l'amélioration des conditions de vie des fonctionnaires de la fonction publique, des enseignants et des travailleurs de santé.  C'est dans ce contexte de lutte des masses  laborieuses que les courtisans du pouvoir en complicité avec les partis de l'opposition dite démocratique (CAR, UFC, ANC/CAP 2015 etc.) veulent violer leur propre constitution néocolonial en octroyant  un troisième mandat, véritable ignominie, à l'apprenti dictateur Faure Gnassingbé.

Lire la suite...

La lutte populaire est le seul gage de la liberté et de la démocratie !

TogolutteDepuis quelques jours, la fédération internationale de l'ANC a publié sur différents sites internet un communiqué invitant les compatriotes de la diaspora à participer à un débat sur la situation politique qui prévaut actuellement au Togo. Cette rencontre initiée par le bureau international de l'ANC, nous donne, en tant que démocrates, l'occasion de partager notre point de vue sur la situation et surtout sur la ligne politique suivie par l'ANC de Jean-Pierre Fabre depuis ces cinq dernières années. 

Ainsi, souvenons-nous,  le 8 novembre 1996, un groupe de démocrates togolais en Belgique, à l'occasion d'un meeting organisé par l'UFC à Bruxelles, avaient publié un tract. Cette feuille volante soulignait, à l’époque, l'impasse de la  politique de conciliation menée par les leaders de l'opposition dite démocratique en dépit des souhaits hautement exprimés par le peuple togolais. Elle se terminait par des questions précises et de fonds adressées à Gilchrist  Olympio, chef de ce parti, présent dans la capitale Belge, accompagné d'un certain Jean-Pierre Fabre: 

Ces questions étaient les suivantes:

Lire la suite...

Les leçons du Faso et la lutte pour la démocratie au Togo.(Première partie)

Burkina Blaise Il est indéniable que la lutte inflexible déclenchée par les peuples du Burkina Faso a fait trembler le système néocolonial et a fini par chasser le satrape Compaoré du pouvoir. Pour autant, la tournure des événements ont amplement montré que pendant les affrontements entre l'infâme pouvoir et le peuple insurgé, les démocrates révolutionnaires n'avaient pas pu prendre toute la direction du mouvement et par- voie de conséquence prendre le pouvoir pour imposer les aspirations des peuples Burkinabè. Cette faiblesse momentanée fait que les racines du pouvoir déchu demeurent incontestablement au Burkina Faso. 

Lire la suite...

Réformer le système néocolonial ou le détruire ? Sus à la France et aux collabos Jean Dégli, Fulbert Attisso, Kuakouvi Magloire. !!!

image

Malgré les grandioses manifestations de notre vaillant peuple à Lomé, Sokodé, Atakpamé et d'Aného pour réclamer le départ immédiat du jeune despote Faure Eyadema, malgré les protestations des togolais vivant en exil au Bénin, au Ghana, en Côte d'Ivoire, en Allemagne, Belgique, au Canada, en France, les États Unis et en Suisse; les partisans résolus d'un troisième mandat pour le fils du père Eyadema Faure ne désarment point. Apres une première sortie ratée, la tête de pont de cette campagne, Jean Dégli vient, une fois encore, de lancer une nouvelle association. Il s’agit en fait d’un conglomérat dénommé groupe de médiation pour accélérer les prétendues réformes constitutionnelles. Sacré Jean Dégli, notre vaillant peuple est auxaguets !

Lire la suite...

Encore une fois sur les manœuvres de la France pour nous imposer Faure Eyadema.

Faure G FranceLe syndicat des potentats de l'Afrique de l'Ouest à travers leur organisme, la CEDEAO, s'est réuni  dernier à Abuja au Nigeria pour exhorter la commission électorale au Togo "d'actualiser le fichier électoral afin d’éviter toute perte de confiance susceptible de perturber les prochaines élections présidentielles"...Par ce communiqué laconique, lapidaire, il va de soi que cette institution de la sous-région vient d'enclencher le processus de la fraude électorale dans notre pays.  Comme à l'accoutumée, l'Union Européenne ira aussi soutenir financièrement ce processus électoral bidon et les clubs électoraux de chez nous (CAR, ADDI, UFC, CAP2015/ANC) vont fiévreusement se jeter, se bousculer, se battre comme des chiffonniers pour jouer leurs partitions. 

Lire la suite...

Encore une fois sur la situation nationale

 

gilchrist-FaureNos récentes prises de position sur la crise de l’UFC, sur le FRAC et ses principaux animateurs, ont suscité  de nombreuses réactions chez nos compatriotes. De nombreux  commentaires sont allés dans notre sens pour des raisons diverses. Mais nous avons également eu droit à des critiques, et nous nous y attendions.  Deux  séries de   critiques  ont particulièrement retenu notre attention: d’une part celles qui nous reprochent d’être une organisation à l’étranger et de ce fait,  de  méconnaître la réalité nationale: d’autre part, celles qui nous accusent de faire le  jeu de Gilchrist Olympio, et même pour  certains, d’être des agents à sa solde de ce dernier, chargés d’attaquer le FRAC. Ces diverses accusations  appellent une mise au point de notre part, et nous n’allons nous y dérober. Ce sera aussi pour nous l’occasion d’apporter une  fois de plus, des éclaircissements sur la lutte pour la démocratie. Auparavant, nous nous permettrons juste une petite réflexion à propos des remarques d’ Agbeyomé et de son «mépris» à notre égard. Nous dirons tout simplement qu’un compliment de la part d’un individu comme lui nous aurait plutôt vexés, et que le peuple saura lui réclamer tôt ou tard les milliards qu’il lui a volés, et  qu’il lui demandera des comptes sur les milices qu’il entretenait. Tout le monde n’a pas oublié l’époque où il recrutait des nervis pour venir tabasser des opposants à l’étranger. 

Lire la suite...

LE FRAC, TÊTE DE PONT DE L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS AU TOGO (Troisième partie)

 

À propos des sempiternelles marches du samedi

 

manif anc fracDepuis la prévisible parodie d’élection du 4 mars dernier, l’UFC de Fabre et quelques opportunistes (Yamgnané et Cie) organisent tous les mercredis des séances de prières, suivies d’une marche à travers Lomé les samedis pour protester contre cette énième mascarade électorale. On remarque que lors de ces hebdomadaires marches et prières, Fabre et ses acolytes ne cessent de nous faire croire que «la fin du régime est pour demain…!» «Que le pouvoir a peur des séances de prière»… Voilà les arguments dont Fabre et les siens usent abondamment tous les samedis pour tenter de convaincre le peuple. Il faut noter que ce n’est pas la première fois qu’on nous propose de telles actions contre le pouvoir dictatorial. Le moins qu’on puisse dire est que Fabre et le FRAC n’inventent rien de nouveau. La preuve en est que ces arguments dont-ils usent aujourd’hui pour mobiliser le peuple ont été déjà le mot d’ordre du COD1 et COD2 dans les années 1991 et 1993. On sait à quoi tout cela a abouti. À entendre tous ces arguments, on constate que Fabre et le FRAC se voilent la face et évitent de tirer les leçons des évènements passés. Ce qui frappe dans ces arguties développées par Fabre et les leaders du Frac, c’est leur incapacité à s’autocritiquer. En bref, ce que les promoteurs de la marche du samedi nous proposent n’est qu’une simple régression du mouvement du démocratique.

Lire la suite...

Les derniers articles

Contact