Togoenlutte

flickr facebook twitter digg stumbleupon feed

France-Afrique. Ces drôles de prêts qui enchaînent les pays en développement

macron-ado-metroOffrir aux entreprises françaises des «opportunités» sonnantes et trébuchantes. C’est le principal objectif d’une politique d’aide au développement qui privilégie les grands projets d’infrastructures plutôt que les programmes utiles aux populations. Tapis rouge et moiteur tropicale. Plus engoncé qu’à son habitude, comme mijotant dans son costume sombre, sous ces latitudes, Emmanuel Macron descend d’une rame du Sitarail, le train de Bolloré qui relie la Côte d’Ivoire au Burkina Faso voisin. 

Lire la suite...

Flambée de violence en Centrafrique sur fond de tensions franco-russes

guerre-en-rca-lecentrafricainLes violences qui secouent depuis des mois la République centrafricaine (RCA) ont fait de nouvelles victimes civiles, le 6 septembre, dans la ville de Bria, située à 400 km au nord-est de la capitale Bangui. Bria avait déjà été le théâtre d’affrontements entre milices ayant fait plusieurs dizaines de morts en mai, puis en juillet de cette année. On a découvert une douzaine de corps au moins, dont ceux de dix femmes dans le camp de déplacés situé à proximité d’une base de la Minusca, la force militaire contestée de l‘ONU en «mission de paix» dans le pays depuis 2014. Plusieurs centaines de déplacés furieux face à ces assassinats ont manifesté devant la base dénonçant l’indifférence des casques bleus. On a pointé du doigt les milices de l’ex-Seleka, à l‘origine soutenue par la France. Les assassinats auraient été commis pour se venger d‘une embuscade menée par la force adverse anti-balaka. Ces deux alliances ostensiblement opposées sur une base ethno-religieuse, respectivement musulmane et chrétienne, sont depuis des années instrumentalisées par diverses puissances rivales opérant dans la région.

Lire la suite...

Monsanto : les semences du coton OGM appauvrissent le Burkina Faso

cotton Le rapport du Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition envoie un avertissement aux autres pays africains qui ont adopté des OGM. Maigres gains, endettement des acteurs de la filière, réduction de la biodiversité et menace sur le droit à l’alimentation sont les effets constatés après huit ans d’utilisation des semences OGM du coton Monsanto. L’adoption du coton BT de Monsanto aurait eu de lourdes conséquences économiques et sociales au Burkina Faso, en particulier pour la population rurale. C’est ce que dénonce un rapport récent publié par Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition, «Bénéfice des entreprises ou diversité des systèmes alimentaires ?». Mais procédons par ordre.  Le BT cotton, littéralement Bacillus Thuringiensis, est un coton qui contient des toxines répulsives pour certains types de parasites de la plante. Cette matière première avait été introduite au Burkina Faso en 2008 comme une solution pour relancer la production. Mais, à distance de huit ans, en 2016, Ouagadougou avait annoncé l’abandon de ce coton OGM. Une décision suscitée par une production en baisse et par la mauvaise qualité de la matière première finale.

Lire la suite...

Le général Salan a institué les premiers centres de torture à Benisaf

raoul-salan-et-maurice-challe 4863199«Quand le mort repose, laisse reposer sa mémoire.» proverbe arabe

Algérie 1958, une année très dure, difficile une année charnière pour la révolution algérienne et également pour le colonisateur la France. Apres le 13 mai 58 putsch ou coup d’état, les partisans de l’Algérie française ont pris le pouvoir en Algérie, forçant le gouvernement de Pierre Pflimlin, à Paris, à donner les pleins pouvoirs au général Salan. Ces événements ont eu des conséquences fâcheuses au niveau des localités régionales algériennes en l’occurrence la région de Benisaf qui va retenir plus notre attention plutôt historique par témoignages interposés. C’était en septembre 1958 que le Général Salan a débarqué sur Benisaf ou il a livré à une population arabe venue de force assister à son discours programme historique au niveau de la plage du puits dans le but d’ institutionnaliser des « paras » mais aussi la milice O.A.S afin de saper par une main de fer la résistance algérienne(FLN et ALN) entre temps il avait traité les Benisafiens de « Fellagas » et avait nommé le libraire Garcia de chef de la milice...OAS .

Lire la suite...

Belgique : Selon l’historien Ludo de Witte «Il faut changer les mentalités et décoloniser complètement l’espace public»

lumumba-photoLe 30 juin 2018, la République Démocratique du Congo célèbre le 58eanniversaire de la proclamation de son indépendance. Ce même jour, est inaugurée à Bruxelles une place au nom de l’éphémère premier chef de gouvernement du jeune Congo indépendant, Patrice Emery Lumumba, ce héros de l’indépendance assassiné le 17 janvier 1961 avec la complicité de la CIA et de la Belgique. L’évènement frappe, au cœur de l’ancienne puissance coloniale, où les sculptures, plaques de rues, avenues et boulevards célébrant les «héros» belges ayant « apporté la civilisation au Congo » quadrillent la ville.  Ludo de Witte est historien et auteur de nombreux livres dont L’Ascension de Mobutu ou le célèbre ouvrage L’Assassinat de Lumumba. Ce dernier, au retentissement impressionnant, déboucha en 2001 sur la création d’une «Commission d’enquête parlementaire chargée de déterminer les circonstances exactes de l´assassinat de Patrice Lumumba et l´implication éventuelle des responsables politiques belges dans celui-ci ». Depuis, la Belgique a reconnu avoir « une part irréfutable de responsabilité» dans ce meurtre politique. Défiant sans doute une fête voulut consensuelle en période pré-électorale, Ludo de Witte a échappé de justesse à la censure lors d’une conférence à l’Hôtel de ville de Bruxelles portant sur Patrice Lumumba la veille de l’inauguration de la place portant son nom. Nous nous rencontrons ce 30 juin sur la place Lumumba fraîchement inaugurée. Entretien.

Lire la suite...

Education : L’Organisation démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso (ODJ) demande la satisfaction de la plate-forme revendicative des enseignants

ODJ Burkina 360En effet, las d’assister passivement à la liquidation du système éducatif entamé depuis les années 1990 à travers l’application du programme d’ajustement structurel qui a consacré la privatisation de l’école et la clochardisation des acteurs (personnel enseignant et administratif, élèves) de ce secteur, les syndicats d’enseignants ont décidé d’entamer une lutte autour d’une plateforme revendicative. Sur le terrain, la lutte s’est traduite par des actions de sit-in, de grève, de non évaluation des apprentissages au préscolaire, au primaire, au post primaire et au secondaire. La plateforme revendicative minimale porte entre autres sur la revalorisation salariale des travailleurs de l’éducation nationale et de la recherche, l’amélioration des conditions de travail, la démocratisation de l’accès à une éducation de qualité aux enfants du peuple, et l’amélioration de la gouvernance administrative et financière des établissements d’enseignements publics et privés du Burkina Faso.

Lire la suite...

Le FMI fait la loi dans le Zimbabwe de l’après-Mugabe

zimbabween-emmerson-mnangagwaAvant même qu’Emmerson Mnangagwa ne soit investi de ses fonctions de président vendredi, le Fonds monétaire international (FMI) a publié une liste d’exigences que le Zimbabwe doit satisfaire avant de reconsidérer le programme d’aide financière pour le pays. Ces exigences démontrent l’absurdité des platitudes et banalités de Mnangagwa, prononcées dans un stade bondé de la capitale, Harare, au sujet d’une démocratie renouvelée, de sa promesse de «servir notre pays comme président de tous les citoyens» et de fournir «des emplois, des emplois, des emplois». Le directeur de la mission du FMI pour le Zimbabwe, Gene Leon, a déclaré jeudi à Reuters: «Alors que la croissance en 2017 sera stimulée par la récolte exceptionnelle grâce aux pluies exceptionnelles, le défi est de soutenir la croissance dans un contexte où la stabilité macroéconomique est menacée par les dépenses publiques élevées, le régime du commerce extérieur est intenable et le rythme des réformes inadéquat.»

Lire la suite...

Base militaire française au Burkina: l’ODJ attend la visite du président Macron pour marquer son désaccord

macron-ouagadougou-le-28-novembre-2017L’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) ne voit pas d’un bon œil la présence d’une base militaire française au Burkina dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Elle l’a fait savoir ce mardi lors d’une conférence de presse à laquelle elle a invité la population burkinabè à sortir massivement pour prendre part à ses journées anti-impérialistes, le 2 décembre prochain. Nous ne sommes pas d’accord, la France n’a pas encore fini de lutter contre le terrorisme chez elle, elle est attaquée tous les jours et n’arrive pas à faire face à ce phénomène, qu’est-ce qu’elle vient faire ici», s’est indigné le trésorier général de l’ODJ, Ouiry Sanou. Selon lui, le Burkina Faso avait refusé en son temps, la présence d’une base militaire française, estimant que cela ferait aliénation à sa souveraineté. «Pourquoi l’accepter maintenant», s’est-il interrogé tout en signifiant que malgré cette présence militaire française, «on continue de massacrer des Burkinabè».

Lire la suite...

Les derniers articles

Contact