Comment le Sud a payé pour les crises du Nord et pour sa propre soumission

Pancho-Villa-87215Les crises de la dette de la périphérie sont liées aux crises qui éclatent dans les pays capitalistes les plus puissants et sont utilisées pour subordonner des États. Voici une mise en perspective historique des crises de la dette des pays de la « périphérie » du 19e au 21e siècles. De l’Amérique latine à la Chine en passant par la Grèce, la Tunisie, l’Égypte et l’Empire ottoman, la dette a été utilisée comme une arme de domination et un moyen d’accumulation de richesse au profit des classes dominantes. Cette étude constitue une introduction à une série de 6 articles qui porte sur « La dette comme instrument de subordination de l’Amérique latine ». Elle complète quatre articles récents déjà publiés : « La Grèce indépendante est née avec une dette odieuse », « Grèce : La poursuite de l’esclavage pour dette de la fin du 19e siècle à la Seconde Guerre mondiale », « La dette comme instrument de la conquête coloniale de l’Égypte », « La dette : l’arme qui a permis à la France de s’approprier la Tunisie ».

 

À partir des années 1820, les gouvernements des pays latino-américains, issus des guerres d’indépendance, se sont lancés dans une vague d’emprunts. Les banquiers européens cherchaient avec enthousiasme des occasions d’endetter ces nouveaux États car cela leur était extrêmement profitable |1|. Dans un premier temps, ces emprunts ont servi aux efforts de guerre pour garantir et renforcer l’indépendance. Dans les années 1820, les emprunts externes prenaient la forme de titres de la dette émis par les États par l’intermédiaire de banquiers ou de courtiers à Londres. Ensuite, à partir des années 1830, attirés par les hauts rendements, les banquiers français sont devenus très actifs et sont entrés en compétition avec la place financière de Londres. Au cours des décennies suivantes, d’autres places financières ont rejoint la compétition : Francfort, Berlin, Anvers, Amsterdam, Milan, Vienne… La manière utilisée par les banquiers pour prêter aux États limitait les risques auxquels ils s’exposaient puisqu’en cas de suspension du paiement de la dette, ce sont les détenteurs de titres qui étaient directement affectés. Il en aurait été autrement si les banquiers avaient prêté directement aux États |2|. Néanmoins, quand ces banquiers acquéraient eux-mêmes une partie des titres qu’ils vendaient ou que d’autres banquiers vendaient, il leur arrivait d’être mis en difficulté en cas de non-paiement. Par ailleurs, l’existence d’un marché des titres au porteur permettait aux banquiers de se livrer à de multiples manipulations leur procurant un rendement élevé.

Le recours à l’endettement extérieur s’est révélé contre-productif pour les pays concernés notamment parce que ces emprunts avaient été contractés à des conditions très favorables pour les créanciers. Les cessations de paiement ont été nombreuses et ont donné lieu à des représailles de la part des pays créanciers qui ont utilisé à plusieurs reprises l’intervention armée pour obtenir le remboursement. Les restructurations de dettes ont servi à chaque fois les intérêts des créanciers et des grandes puissances qui les appuyaient et ont fait rentrer les pays débiteurs dans un cercle vicieux d’endettement, de dépendance et de « développement du sous-développement », pour reprendre une expression de l’économiste André Gunder Frank |3|.

L’arme de l’endettement a été utilisée comme moyen de pression et de subordination des pays endettés. Comme le relevait Rosa Luxemburg en 1913, les emprunts « constituent le moyen le plus sûr pour les vieux pays capitalistes de tenir les jeunes pays en tutelle, de contrôler leurs finances et d’exercer une pression sur leur politique étrangère, douanière et commerciale » |4|.

Heureusement, le Mexique, à deux reprises, est sorti de manière victorieuse de la confrontation avec ses créanciers (1867 sous la présidence de Benito Juarez, et plus tard, dans la foulée de la révolution mexicaine dirigée par Emiliano Zapata et Pancho Villa qui ont décrété la suspension du paiement de la dette en 1914). Le Brésil a également affronté avec succès ses créanciers entre 1933 et 1943, de même que l’Équateur en 2007-2009, sans oublier Cuba à l’égard du Club de Paris à partir de 1985. Alors que se prépare une nouvelle crise de la dette de l’Amérique latine, il est fondamental de tirer des enseignements des deux derniers siècles. Sans cela, on se condamne à revivre les drames du passé.

La dette extérieure comme arme de domination et de subordination

L’utilisation de la dette extérieure comme arme de domination a joué un rôle fondamental dans la politique impérialiste des principales puissances capitalistes au cours du XIXe siècle et cela se poursuit au XXIe siècle sous des formes qui ont évolué. La Grèce, dès sa naissance dans les années 1820-1830, a été soumise entièrement aux diktats des puissances créancières (en particulier la Grande-Bretagne et la France). Haïti, qui s’était libérée de la France au cours de la Révolution française et avait proclamé l’indépendance en 1804, a été de nouveau asservie à celle-ci en 1825 par la dette |6|. La Tunisie endettée a été envahie par la France en 1881 et transformée en protectorat-colonie |7|. Le même sort a été imposé à l’Égypte en 1882 par la Grande -Bretagne |8|. L’Empire ottoman, à partir de 1881, a été soumis directement aux créanciers (Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie…)  ce qui a accéléré son éclatement. La Chine a été forcée par les créanciers d’octroyer des concessions territoriales et d’ouvrir entièrement son marché au XIXe siècle. La Russie tsariste fortement endettée aurait pu constituer aussi une proie des puissances créancières si la révolution bolchévique n’avait pas abouti en 1917-1918 à la répudiation unilatérale des dettes.

Des différentes puissances périphériques |10| qui pouvaient potentiellement accéder aux rôles de puissances capitalistes impérialistes dans la deuxième moitié du XIXe siècle, c’est-à-dire l’Empire ottoman, l’Égypte, l’Empire russe, la Chine et le Japon, seul ce dernier a réussi la mutation |11|. En effet, le Japon n’a pratiquement pas eu recours à l’endettement extérieur pour réaliser un important développement économique et se transformer en une puissance capitaliste impérialiste dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Le Japon a connu un important développement capitaliste autonome à la suite des réformes de la période Meiji (initiée en 1868). Il a importé les techniques de production occidentales les plus avancées à l’époque, tout en empêchant la pénétration financière étrangère sur son territoire, en refusant de recourir aux emprunts extérieurs et en supprimant sur place les entraves à la circulation des capitaux autochtones. À la fin du XIXe siècle, le Japon passa d’une autarcie séculaire à une expansion impérialiste vigoureuse. Bien sûr, l’absence d’endettement extérieur n’est pas le seul facteur qui a permis au Japon de faire le saut vers un développement capitaliste vigoureux et de mener une politique internationale agressive, le hissant au rang des grandes puissances impérialistes. D’autres facteurs qu’il serait trop long d’énumérer ici ont également opéré mais il est évident que l’absence d’endettement extérieur a joué un rôle fondamental |12|.

À contrario, alors que la Chine jusqu’aux années 1830 poursuit un développement très important et constitue une puissance économique de premier plan |13|, le recours à l’endettement extérieur a permis aux puissances européennes et aux États-Unis de progressivement la marginaliser et la soumettre. Là aussi, d’autres facteurs sont intervenus, telles que les guerres livrées par la Grande-Bretagne et la France pour imposer le libre commerce et l’exportation forcée en Chine de l’opium, mais le recours à la dette extérieure et ses conséquences néfastes ont joué un rôle très important. En effet, pour rembourser des emprunts étrangers, la Chine a dû sacrifier des concessions territoriales et portuaires aux puissances étrangères. Rosa Luxemburg mentionne, parmi les méthodes employées par les puissances capitalistes occidentales pour dominer la Chine, le « système de la dette publique, d’emprunts européens, de contrôle européen des finances avec comme conséquences l’occupation des forteresses chinoises, l’ouverture forcée de ports libres et de concession de chemin de fer obtenues sous la pression des capitalistes européens » |14|. Joseph Stiglitz, près d’un siècle après Rosa Luxemburg, revient également là-dessus dans son ouvrage La Grande désillusion.

mexique-edc38

Depuis leur indépendance dans les années 1820, les pays d’Amérique latine ont connu quatre crises de la dette.

La première s’est déclarée en 1826, produite par la première grande crise capitaliste internationale qui a démarré à Londres en décembre 1825. Cette crise de la dette s’est prolongée jusqu’aux années 1840-1850.

La deuxième a débuté en 1876 et s’est terminée dans les premières années du XXe siècle |15|.

La troisième a commencé en 1931 dans le prolongement de la crise qui avait éclaté en 1929 aux États-Unis. Elle s’est achevée à la fin des années 1940.

La quatrième a éclaté en 1982 en lien avec le tournant pris par la Réserve fédérale des États-Unis en matière de taux d’intérêt combiné à la chute du prix des matières premières. Cette quatrième crise s’est terminée en 2003-2004 lorsque l’augmentation des prix des matières premières a accru fortement les revenus en devises. Les pays d’Amérique latine ont aussi profité de taux d’intérêt internationaux qui ont fortement baissé suite aux décisions de la Fed, suivie par la BCE et la banque d’Angleterre à partir de la crise bancaire au Nord qui a commencé en 2008-2009.

Une cinquième crise se prépare suite à la forte baisse des prix des matières premières qui a commencé en 2013-2014 et à l’évolution de l’économie des principales puissances impérialistes – qui incluent aujourd’hui la Chine (perspective d’une augmentation des taux d’intérêts décidée par la Fed, éclatement de la bulle boursière… provoquant un rapatriement des capitaux vers les États-Unis, l’Europe et peut-être la Chine). La crise qui touche déjà de plein fouet Puerto Rico est un signe avant-coureur, mais c’est surtout le Venezuela et l’Argentine qui risquent de donner une grande ampleur à une nouvelle crise quand elle éclatera, avec pour particularité qu’une partie de leur dette est souscrite auprès de la Chine, nouvel acteur majeur en Amérique latine.

carte AMLAT-670caLes origines de ces crises et les moments où elles éclatent sont intimement liés au rythme de l’économie mondiale et, principalement, des pays les plus industrialisés. Chaque crise de la dette a été précédée d’une phase de surchauffe de l’économie des pays les plus industrialisés du Centre, au cours de laquelle il y a eu surabondance de capitaux dont une partie a été recyclée vers les économies de la Périphérie. Les phases préparatoires à l’éclatement de la crise, pendant lesquelles la dette augmente fortement, correspondent chaque fois à la fin d’un cycle long expansif des pays les plus industrialisés, sauf dans le cas présent car, cette fois-ci, on ne peut pas parler de cycle long expansif sauf en ce qui concerne la Chine (et d’autres BRICS). La crise est généralement provoquée par des facteurs externes aux pays périphériques endettés : une récession ou un krach financier frappant la ou les principales économies industrialisées, un changement de politique des taux d’intérêt décidé par les banques centrales des grandes puissances du moment.
Ce qui est affirmé plus haut est en contradiction avec la narration des crises qui domine la pensée économique-historique |17| et qui est véhiculée par les grands médias et les gouvernants. Selon la narration dominante, la crise qui a éclaté à Londres en décembre 1825, et s’est étendue à d’autres puissances capitalistes, résulte du surendettement des États latino-américains ; celle des années 1870, du surendettement de l’Amérique latine, de l’Égypte et de l’Empire ottoman ; celle des années 1890 qui a failli provoquer la faillite d’une des principales banques britanniques, du surendettement de l’Argentine ; celle des années 2010, du surendettement de la Grèce et plus généralement des « PIGS » (Portugal, Irlande, Grèce, Spain).

Les crises de la dette et les ondes longues de l’économie capitaliste internationale

Il y a un lien entre l’éclatement de ces quatre crises et les ondes longues du capitalisme. Les ondes longues du développement capitaliste depuis le début du XIXe siècle ont été analysées par plusieurs auteurs, parmi lesquels Ernest Mandel qui a fourni un apport substantiel, notamment au niveau de l’incidence du facteur politique sur le déroulement et le dénouement des ondes longues, apport qui reste à compléter |18|. Ernest Mandel propose la datation suivante pour les ondes longues de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle |19| (voir aussi en fin d’article l’encadré « Les ondes longues ») :